Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 janvier 2014 7 19 /01 /janvier /2014 00:35

La douce Muse , couronnée par l'Univers

Flânait sur le sentier aux bois marins.

Dans les Arbres Rois, les passereaux

Lui racontaient combien son âme immense

Remplissait le Monde.

En plein éclat de Vent

La Mer reprenait sa place

A l'heure des mortes eaux.

Le Ciel sombre attendait la pluie

Du messager des Dieux.

Sous les yeux solitaires de la femme-poète

Apparut le Frère du Soleil.

Le temps de rassembler les eaux

La Belle monta les degrés

Aux couleurs des sons éternels.

Lumière........

Pont flottant dans le Ciel....18.01.2014

Pont flottant dans le Ciel....18.01.2014

Repost 0
Valérie Pinson - dans Poèmes
5 janvier 2014 7 05 /01 /janvier /2014 16:20

Nous sommes nés d'un même Soleil

Guidés par la Lumière du Simorgh ;

Sur cette route si longue

Le noble chant des oiseaux

Honore la splendide Nature ;

Ecoutez cette divine musique

Qui bouleversa mon âme

Amour éternel ,

Vos yeux, témoins précieux

M'ont raconté ce jour béni...

Entendez vous le son des plumes

Que Saêna offrit à l'Errant ?

Douce mélodie à cordes

Anciens voyageurs que nous sommes

En quête de dociles ruisseaux

Et autres splendeurs sacrées ;

Oh! quand viendrez vous

Rejoindre mes jours orphelins ?

Dans la joie de l'Emerveillement

Du voyage secret

Qui anime mon être entier ;

Le poète me l'a soufflé, lui aussi ;

Comme une lueur dans le Ciel

L'indomptable flamme brûlait

Pour célébrer son retour...

(Valérie Pinson, poétesse )

St Briac sur Mer...

St Briac sur Mer...

Repost 0
Valérie Pinson - dans Poèmes
23 décembre 2013 1 23 /12 /décembre /2013 06:43

"Merveille des Merveilles"

Quand tu célèbres l'harmonie des hauteurs

Une voix s'élève dans le Nouveau Ciel.

La vision d'une Terre nouvelle

Qui protège les enfants des ténèbres.

Mon Amour est sans limites

Loin des souffrances terrestres causés par les hommes.

Le Soleil et la Lune reflètent la connaissance de toute âme

Sur le chemin rayonnant.

Ne meurt jamais flamme d'espoir

Il nous reste tant de contemplations à insuffler

Vois comme la Nature nous fait offrandes de ses lois merveilleuses.

L'horloge de l'église indiquait l'heure symbolique

Pour recevoir l'éternité lumineuse...

L'inspiration divine de son être guida celle de l'harmonium

Dans un souffle , en silence

La Lumière entra sans un bruit

Eternellement..........

Repost 0
Valérie Pinson - dans Poèmes
20 décembre 2013 5 20 /12 /décembre /2013 23:20

"Au Solstice d'hiver" (le Fils du Ciel et Fille de la Terre)...

Janus, gardien des portes solsticiales ouvre la voie du Soleil.

Un passage se révèle, des profondeurs des ténèbres;

Au centre, la lumière rejaillit, éternelle...

Les fils du Sid nous ont rejoint,

L'endroit est merveilleux.

Les arbres danseront toute cette nuit d'hiver.

Au pied des collines divines,

Nous buvons, toi et moi, le soma sacré.

Le magicien de la Lune,

Maître du reflet de la connaissance

Nous invite au voyage mystique...

Le rituel du Galgal se déroule sur le flanc des montagnes.

Ces processions lumineuses ravivent nos âmes éveillées,

Dans le Silence de l'émerveillement.

Sous la protection d'Hélios,

La douce sibylle révèle ses prophéties.

Viens avec moi invoquer le chant du Soleil

La cérémonie peut commencer...

Repost 0
Valérie Pinson - dans Poèmes
commenter cet article
17 décembre 2013 2 17 /12 /décembre /2013 05:33

Au delà de ces tristesses humaines, de la douce agonie soumise de ce monde

Franchir l'immortelle Voie de la Divine présence...

Ici, tout n'est que beauté rassemblée

La Nature merveilleuse offre ses chants de louanges

J'ai accroché du Houx et du Gui à ma porte

Et prier, pour que tu en franchisses le Seuil

Quand la Lumière du Solstice aura vaincu les Ténèbres

Le Jour et la Nuit bientôt ,s'épouseront

Ce soir , comme le souffle de l'hiver

Mon âme s'engouffre dans le Vent

Dans la joie, l'amour et la foi

J'attendrai que la Déesse enveloppe tout de blanc

Pour voir sourire les enfants

Cette Nuit , dans un morceau de Ciel

J'ai vu la Lune, blancheur immaculée

(et je lui ai rendu Grâce)......................

Repost 0
Valérie Pinson - dans Poèmes
commenter cet article
5 décembre 2013 4 05 /12 /décembre /2013 09:29

Tirage du 03/12/2013 avec tous les traits muables (rare en 1 tirage)

Yi Jing – Yi King, le Livre des Mutations

Ce dispositif de 64 hexagrammes et de leurs commentaires et transformations est à la source de la pensée chinoise. Tr. Wilhelm (en, fr).

L'Hexagrame


Cet hexagramme indique un temps où le passage du désordre à l'ordre n'est pas encore accompli. Sans doute le changement est déjà préparé : tous les traits du trigramme supérieur se trouvent en effet en relation avec ceux du trigramme inférieur. Cependant ils ne sont pas encore à leur place. Tandis que l'hexagramme précédent est analogue à l'automne qui constitue la transition de l'été à l'hiver, le présent hexagramme ressemble au printemps qui mène de la stagnation de l'hiver à la fécondité de l'été. C'est sur cette perspective pleine d'espoir que se clôt le Livre des Transformations.

Le Jugement


Les conditions sont difficiles. La tâche est grande et lourde de responsabilités. Il ne s'agit de rien de moins que de ramener le monde de la confusion à l'ordre. C'est pourtant une tâche qui promet le succès, car il existe un but permettant d'unir les forces divergentes. Il faut seulement s'avancer d'abord à pas comptés, comme un vieux renard qui marche sur la glace. En Chine, la prudence du renard qui marche sur la glace est proverbiale. Sans cesse il a l'oreille tendue pour percevoir les craquements et recherche avec soin et circonspection les endroits les plus sûrs. Un jeune renard qui ne connaît pas encore cette prudence va de l'avant hardiment et il peut se faire qu'il tombe dans l'eau alors qu'il a presque fini de traverser, et qu'il se mouille la queue. Naturellement, tout le mal qu'il s'était donné est ainsi devenu vain. De même, aux moments qui précèdent l'accomplissement, la réflexion et la circonspection sont la condition fondamentale du succès.

L'Image


Quand le feu qui, par nature, s'élance vers le haut est au-dessus, et l'eau, dont le mouvement tend vers le bas est au-dessous, leurs actions vont dans un sens différent et demeurent sans relation entre elles. Si l'on veut parvenir à un résultat, on doit commencer par examiner la nature des forces considérées et la place qui leur convient. Si l'on dispose les forces à leur juste place, elles produisent l'effet désiré et l'accomplissement est réalisé. Mais, pour pouvoir manier comme il faut les forces extérieures, il est avant tout nécessaire d'adopter soi-même le point de vue correct. Ce n'est qu'à partir de ce moment que l'on peut agir correctement.

Trait inférieur


Dans les temps de désordre, il est tentant d'aller de l'avant avec toute la hâte possible pour réaliser quelque chose de visible. Mais cet enthousiasme mène seulement à l'insuccès et à l'humiliation tant que l'heure n'est pas venue d'agir. Dans un tel moment, il est sage de s'épargner, par une attitude de réserve, l'humiliation de l'échec

Second trait


Ici également le temps d'agir n'est pas encore venu. Mais la patience nécessaire n'est pas une attente paresseuse qui vit au jour le jour. Une telle attitude ne mènerait à la longue à aucun succès. Mais il faut développer en nous-mêmes les forces qui nous rendent capables d'aller de l'avant. On doit avoir, en quelque sorte, un char pour effectuer le passage. Mais on doit encore le freiner. La patience au sens le plus élevé est de la force contenue. C'est pourquoi il ne faut pas s'endormir et perdre le but des yeux. Si l'on demeure fort et ferme dans sa résolution, à la fin tout ira bien.

Troisième trait


L'heure du passage est arrivée. Mais on n'a pas la force d'accomplir ce passage. Si l'on voulait tenter de le forcer, on irait vers l'insuccès, car la chute serait inévitable. Que faut-il donc faire ? Il faut créer une nouvelle situation : on doit attirer les forces d'auxiliaires habiles et, avec elles, faire le pas décisif - la traversée des grandes eaux. Alors l'accomplissement deviendra possible.

Quatrième trait


C'est maintenant l'heure du combat. Il faut que le passage soit réalisé. Il faut s'affermir entièrement dans sa résolution; une telle attitude procure la fortune. Tous les doutes qui peuvent s'élever dans ces graves moments de combat doivent se taire. Il s'agit d'une lutte ardente pour ébranler et pour châtier le pays du diable, les forces de décadence. Mais la lutte a aussi sa récompense. C'est maintenant le moment de poser les fondements de la puissance et de la souveraineté pour l'avenir.

Cinquième trait


La victoire est remportée. La force de la fermeté n'a pas été mise en échec. Tout a bien été. Tous les doutes sont surmontés. Le succès a justifié l'action. La lumière d'une personnalité supérieure brille de nouveau et fait sentir son influence sur les hommes qui croient en elle et se rassemblent autour d'elle. L'ère nouvelle est arrivée, et avec elle la fortune. Et de même que le soleil après la pluie rayonne dans une beauté redoublée, ou que la forêt, après l'incendie, reverdit avec une fraîcheur accrue à partir de ses débris calcinés, l'éclat de l'ère nouvelle s'augmente par le contraste qu'il forme avec la misère de l'époque ancienne.

Trait supérieur


Avant l'accomplissement, au seuil des temps nouveaux, l'homme se trouve réuni en pleine confiance mutuelle avec les siens et passe en buvant joyeusement le temps de l'attente. Comme l'ère nouvelle est à la porte, il n'y a pas là de sujet de blâme. On doit seulement veiller à garder la juste mesure. Mais si l'on se laisse aller à l'ivresse, on perd par sa démesure ce que la situation avait de favorable.

Yi Jing – Yi King, le Livre des Mutations

Ce dispositif de 64 hexagrammes et de leurs commentaires et transformations est à la source de la pensée chinoise. Tr. Wilhelm (en, fr).

courant binôme échange trig. opposé tête en bas X maître gouvernant X '' constituant

L'Hexagrame


Cet hexagramme indique un temps où le passage du désordre à l'ordre n'est pas encore accompli. Sans doute le changement est déjà préparé : tous les traits du trigramme supérieur se trouvent en effet en relation avec ceux du trigramme inférieur. Cependant ils ne sont pas encore à leur place. Tandis que l'hexagramme précédent est analogue à l'automne qui constitue la transition de l'été à l'hiver, le présent hexagramme ressemble au printemps qui mène de la stagnation de l'hiver à la fécondité de l'été. C'est sur cette perspective pleine d'espoir que se clôt le Livre des Transformations.

Le Jugement


Les conditions sont difficiles. La tâche est grande et lourde de responsabilités. Il ne s'agit de rien de moins que de ramener le monde de la confusion à l'ordre. C'est pourtant une tâche qui promet le succès, car il existe un but permettant d'unir les forces divergentes. Il faut seulement s'avancer d'abord à pas comptés, comme un vieux renard qui marche sur la glace. En Chine, la prudence du renard qui marche sur la glace est proverbiale. Sans cesse il a l'oreille tendue pour percevoir les craquements et recherche avec soin et circonspection les endroits les plus sûrs. Un jeune renard qui ne connaît pas encore cette prudence va de l'avant hardiment et il peut se faire qu'il tombe dans l'eau alors qu'il a presque fini de traverser, et qu'il se mouille la queue. Naturellement, tout le mal qu'il s'était donné est ainsi devenu vain. De même, aux moments qui précèdent l'accomplissement, la réflexion et la circonspection sont la condition fondamentale du succès.

L'Image


Quand le feu qui, par nature, s'élance vers le haut est au-dessus, et l'eau, dont le mouvement tend vers le bas est au-dessous, leurs actions vont dans un sens différent et demeurent sans relation entre elles. Si l'on veut parvenir à un résultat, on doit commencer par examiner la nature des forces considérées et la place qui leur convient. Si l'on dispose les forces à leur juste place, elles produisent l'effet désiré et l'accomplissement est réalisé. Mais, pour pouvoir manier comme il faut les forces extérieures, il est avant tout nécessaire d'adopter soi-même le point de vue correct. Ce n'est qu'à partir de ce moment que l'on peut agir correctement.

Trait inférieur


Dans les temps de désordre, il est tentant d'aller de l'avant avec toute la hâte possible pour réaliser quelque chose de visible. Mais cet enthousiasme mène seulement à l'insuccès et à l'humiliation tant que l'heure n'est pas venue d'agir. Dans un tel moment, il est sage de s'épargner, par une attitude de réserve, l'humiliation de l'échec

Second trait


Ici également le temps d'agir n'est pas encore venu. Mais la patience nécessaire n'est pas une attente paresseuse qui vit au jour le jour. Une telle attitude ne mènerait à la longue à aucun succès. Mais il faut développer en nous-mêmes les forces qui nous rendent capables d'aller de l'avant. On doit avoir, en quelque sorte, un char pour effectuer le passage. Mais on doit encore le freiner. La patience au sens le plus élevé est de la force contenue. C'est pourquoi il ne faut pas s'endormir et perdre le but des yeux. Si l'on demeure fort et ferme dans sa résolution, à la fin tout ira bien.

Troisième trait


L'heure du passage est arrivée. Mais on n'a pas la force d'accomplir ce passage. Si l'on voulait tenter de le forcer, on irait vers l'insuccès, car la chute serait inévitable. Que faut-il donc faire ? Il faut créer une nouvelle situation : on doit attirer les forces d'auxiliaires habiles et, avec elles, faire le pas décisif - la traversée des grandes eaux. Alors l'accomplissement deviendra possible.

Quatrième trait


C'est maintenant l'heure du combat. Il faut que le passage soit réalisé. Il faut s'affermir entièrement dans sa résolution; une telle attitude procure la fortune. Tous les doutes qui peuvent s'élever dans ces graves moments de combat doivent se taire. Il s'agit d'une lutte ardente pour ébranler et pour châtier le pays du diable, les forces de décadence. Mais la lutte a aussi sa récompense. C'est maintenant le moment de poser les fondements de la puissance et de la souveraineté pour l'avenir.

Cinquième trait


La victoire est remportée. La force de la fermeté n'a pas été mise en échec. Tout a bien été. Tous les doutes sont surmontés. Le succès a justifié l'action. La lumière d'une personnalité supérieure brille de nouveau et fait sentir son influence sur les hommes qui croient en elle et se rassemblent autour d'elle. L'ère nouvelle est arrivée, et avec elle la fortune. Et de même que le soleil après la pluie rayonne dans une beauté redoublée, ou que la forêt, après l'incendie, reverdit avec une fraîcheur accrue à partir de ses débris calcinés, l'éclat de l'ère nouvelle s'augmente par le contraste qu'il forme avec la misère de l'époque ancienne.

Trait supérieur


Avant l'accomplissement, au seuil des temps nouveaux, l'homme se trouve réuni en pleine confiance mutuelle avec les siens et passe en buvant joyeusement le temps de l'attente. Comme l'ère nouvelle est à la porte, il n'y a pas là de sujet de blâme. On doit seulement veiller à garder la juste mesure. Mais si l'on se laisse aller à l'ivresse, on perd par sa démesure ce que la situation avait de favorable.

les "gentilles ombres"

Repost 0
Valérie Pinson - dans Lecture
28 novembre 2013 4 28 /11 /novembre /2013 23:19

Rien ne trompe l'attente quand le soir venu

Je retrouve mes bois purs

Et que résonne l'absent

Dans l'écorce des Dieux de la forêt

Le silence pénétrant d'Amour divin

Célèbre en révérance les prières du Carmel

Et je vois descendre du Ciel

Ton âme sur mon âme

Plus flamboyantes que jamais

Tandis que les choeurs de la Nuit

Chantent leurs louanges immortelles

Je repars heureuse

Plongée dans mon humble exil

Et bénie par la Lumière éternelle

Ange...

Je suis Fille du Soleil et du Ciel

Et je veille à ton Feu sacré...

(Valérie Pinson, 29 11 2013 ...23h00)

Repost 0
Valérie Pinson - dans Poèmes
10 novembre 2013 7 10 /11 /novembre /2013 12:19

Demain , je jetterai mes cris à la Mer

En pleine tempête, acclamée par les quatre Vents

J'irai soigner mon âme en silence

En écoutant le fracas des lames

Au goût métallique du sang, dans ta bouche écorchée

C'est beau le Silence de la Mer

Quand il se brise

Insondable et pénétrant

Voyage au bout de la Nuit

Qui tremble tel un animal blessé

Trouble errance sans frontières

"Ouvrez le grand Horizon !

J'ai encore soif et faim d'éternité !"

Comme ce traîne-buisson recueille l'éclat du Monde

Au-delà du Ciel infini

Une voix me poursuit sans appel

Faut-il que la Vie s'arrête pour survivre à l'Océan ?

Et que la Mer témoigne en son sein

Pour reconnaître ses frères ?

Couper le fil d'Ariane ?

Messager de mon intarissable Source

Mon île , mon Amour

Je me suis levée de la Mer pour accueillir ta Joie..........

(Valérie Pinson. 10.11.2013)

Repost 0
Valérie Pinson - dans Poèmes
commenter cet article
5 novembre 2013 2 05 /11 /novembre /2013 06:10

Je suis l'enfant des Montagnes et je cours vers Toi

Dans le creux de son lit,

Pure et paisible la Rivière pleure aussi.

Je suis l'enfant d'une autre Sphère

L'oiseau de feu m'emportera

Sous un ciel obéissant au frémissement de ses ailes.

Touchée par la Lumière céleste

Mon âme pleine de prières

Affranchit mes visions Soli_lunaires

Bien au-delà

Je suis l'enfant qui célèbre la Mer

Quand une flûte invisible chante, joyeuse

Je danse avec le Vent

Tremblante et ivre d'insouciance.

Je suis l'enfant des Racines de la Terre

Dans les bras de mon Arbre

Je redeviens aveugle et nue

Naissant à nouveau du lien originel

Je suis l'enfant,

comme un cri dans la Nuit.............

Valérie Pinson

Brocéliande. 26 10 2013....Racines (photo prise par www.myriange-photographe.com)

Brocéliande. 26 10 2013....Racines (photo prise par www.myriange-photographe.com)

Repost 0
Valérie Pinson - dans Poèmes
2 novembre 2013 6 02 /11 /novembre /2013 08:28
http://www.myriange-photographe.com/

http://www.myriange-photographe.com/

Repost 0
Valérie Pinson - dans Mes photos
commenter cet article

Présentation

  • : Les mots des maux
  • Les mots des maux
  • : Bienvenue sur " Les mots des maux "
  • Contact

Présentationvidéo